TE AMO

L’amour est une longue agonie. C’est une folie dans laquelle nous sombrons tous, qui nous fait souffrir afin de nous faire sentir vivants. La façon insolente et tragique avec laquelle nous nous prenons pour des héros, simplement parce que nous croyons souffrir, me fait sentir chez moi, tout comme je me sens chez moi dans un cirque, où tout le monde, y compris les animaux, se déguise et joue un rôle. La pièce met en scène l’amitié de deux femmes; une amitié d’autant plus crédible que les actrices sont unies, dans la vie, par les liens d’un amour sororal empreint de complicité et de tendresse.

L’histoire est belle et dépouillée comme les choses simples. Elle raconte les retrouvailles de deux amies qui ont grandi ensemble dans un quartier d’une ville située, selon la volonté de Dieu, aux confins du monde. Pour Cassandre (incarnée par Dolores), la vie n’a été qu’une fuite permanente, qu’une découverte ininterrompue de lieux et d’histoires; pour Aphrodite (Ana), qu’une longue attente, qu’un abîme de douleur dont les causes, très anciennes, remontent au temps de son enfance. La jeune femme s’enferme dans le silence et se tient en retrait de la vie. Sa chambre constitue son univers; rester éveillée, son arme pour lutter contre les fantasmes qui peuplent ses rêves. Aphrodite se mure dans un silence profond et tragique, qui oblitère la mémoire et ainsi la tient éloignée de son passé et de ses souvenirs.

À son retour, Cassandre se retrouve orpheline de son passé, de ses racines et de son histoire. Le silence de son amie Aphrodite l’entraîne dans la même spirale, la même tristesse. Elles s’en sortent grâce à un jeu dans lequel un petit clown sert de médium, de point de contact entre elles deux. Imitant une naine, Cassandre se transforme en un personnage plus proche de celui qu’imagine son amie. Elle fait semblant d’être de la même taille qu’Aphrodite, d’être plus petite même, pour faire revivre le monde de l’enfance, là où naissent et se forment tous les fantasmes. « Une chasse à la baleine » : voilà comment un de mes amis, psychiatre, décrit le travail qu’il accomplit auprès des personnes dépressives. Il est nécessaire d’effectuer une danse d’approche qui peut durer très longtemps, car il s’agit de chasser une baleine non pas pour la tuer, mais pour réussir à l’apprivoiser et ainsi voir ce qui se trouve derrière ses yeux mystérieux.

Daniele Finzi Pasca

Auteur et metteur en scène Daniele Finzi Pasca Une création de Dolores Heredia et Daniele Finzi Pasca
avec Ana Heredia et Dolores Heredia
Musiques Originales Maria Bonzanigo
interprètes des musiques originales: Violon: Chunhe Gao, Viole: Mónica Benda, Violoncelle: Beat Helfenberger, Accordéon: Sergio Scappini, Trompette: Patrick Berger Enregistrement Matteo Mazza Mixage Rino Rossi
scénographie: Eugenio Caballero
Assistant à la scénographie Carlos Cosío de la Torre
Peinture scénique Oscar Hernández
Peinture originale “Mi familia de poetas” Dionisio Ceballos
Conception des costumes: DaDo Réalisation des costumes Creaciones MALUH
Photos Andrea Lopez
Production executive: Poramor Producciones S.C.
Assistante de production: Betsy Larios
lumière: Hector Jiménez
Une production: Compagnia Finzi Pasca / Poramor Producciones S.C. en coproduction avec Festival Cultural Barrio Antiguo, Monterrey, N.L Avec le soutien de CONACULTA/INBA-PRO HELVETIA- Commissione Culturale Canton Ticino

Newsletter