Hugo Gargiulo (Montevideo, Uruguay)

Scénographe, acteur, auteur, metteur en scène
Co-fondateur de la Compagnie Finzi Pasca

Alors étudiant en architecture, il entame sa formation théâtrale à Montevideo auprès de Luis Cerminara. Il prend part à plusieurs productions en Uruguay, avant de faire la rencontre en 1994 Daniele Finzi Pasca et du “théâtre de la caresse”.

Après s’être établi en Suisse en 1996, il s’implique rapidement dans le Teatro Sunil, à la suite de quoi il contribue à la fondation de la Compagnie Finzi Pasca. Il épouse en 1998 Maria Bonzanigo, à qui il était déjà étroitement lié à travers leur engagement artistique commun. Sa nature polyvalente l’amène à collaborer à la réalisation de plusieurs spectacles, œuvrant tour à tour en tant qu’acteur, auteur, metteur en scène ou scénographe. Il occupe d’autres fonctions encore, dans le cadre de certains des projets de grande envergure de Daniele Finzi Pasca: dans Corteo, du Cirque du Soleil, il s’occupe de la préparation des acteurs, et fait partie de l’équipe de mise en scène de la cérémonie de clôture des Olympiques d’hiver de Turin. Il coordonne un ensemble d’événements des plus variés en Suisse et à l’étranger, et dirige depuis plusieurs années des ateliers traitant du métier d’acteur et du travail que celui-ci implique. Il a aussi été le directeur artistique du festival La Darsena de Magadino, en Suisse, de 2000 à 2010, ainsi que de nombreuses autres manifestations helvétiques, notamment le spectacle d’ouverture de la 150e édition du carnaval Rabadan à Bellinzona.

En 2007, son travail scénographique prend un nouvel essor avec la conception de Nebbia, production du Cirque Éloize et du Teatro Sunil qui partira par la suite en tournée mondiale. Il signe en 2010 la scénographie de Donka, spectacle créé par la Compagnie Finzi Pasca, le Festival international de théâtre Tchekhov et le théâtre Vidy-Lausanne, à l’occasion du 150e anniversaire de naissance de l’auteur russe Anton Tchekhov. Cette production est présentement en tournée mondiale.

En 2011, Hugo collabore à la création des accessoires pour l’opéra Aida, mis en scène par Daniele au théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, sous la direction musicale du maestro Valery Gergiev. En juillet de cette même année, il est responsable de la scénographie du Pagliacci de Ruggero Leoncavallo, qui prend l’affiche au Teatro San Carlo de Naples sous la direction musicale de Donato Renzetti. Ce spectacle est présenté en 2012 au Mariinsky, et poursuit sa carrière en revenant au Teatro San Carlo en 2014.

Toujours en 2011, il devient cofondateur de la Compagnie Finzi Pasca, aux côtés d’un noyau formé d’Antonio Vergamini, Daniele Finzi Pasca, Julie Hamelin et Maria Bonzanigo. Cette nouvelle compagnie réunit les forces du Teatro Sunil et de Inlevitas.

En 2012, Hugo conçoit, en plus de multiples effets visuels, la scénographie et les accessoires du spectacle La Verità. Il crée alors de nouveaux appareils acrobatiques : le hugojo, un appareil relevant à la fois du cerceau et du trapèze, et qui rappelle par sa forme le symbole dalinien de l’œil, de même qu’une échelle acrobatique faite d’une double hélice rappelant pour sa part une autre obsession de Salvador Dalí, celle de la découverte de l’ADN.

Sa carrière connaît un autre moment fort en 2014, alors qu’il signe la scénographie de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques d’hiver et de la cérémonie d’ouverture des Jeux paralympiques de Sotchi, en Russie.

Il conçoit aussi cette même année la scénographie et les accessoire de Bianco su Bianco, où l’on retrouve une mémorable forêt faites d’ampoules électriques.

Il travaille présentement à des opéras, des événements ainsi qu’à d’autres projets de recherche. Il prépare parallèlement la parution d’un livre de nouvelles en espagnol, intitulé Recuerdos Robados (Souvenirs volés), et a été invité à participer au Walt Disney Forum à Los Angeles, Californie.

En tant que scénographe, il crée une machinerie scénique qui est à la fois ludique et poétique, se distinguant par ses aspects clownesques et oniriques.